/
/
/
/
Quelles différences entre le mortier, le béton et le ciment ?
beton

Quelles différences entre le mortier, le béton et le ciment ?

Le bricoleur du dimanche s’y perd souvent dans le jargon de la maçonnerie. Ainsi, même quand on sait monter un mur ou couler une chape, on peut se mélanger les truelles quand on évoque ciment, mortier et béton. Car si le premier est un ingrédient, les deux autres sont des recettes qui l’utilisent, mais de manières différentes, pour des usages bien différents également. Ciment, mortier, béton : définitions et explications.

Le ciment : l’ingrédient de base du mortier et du béton


Commençons évidemment cette fiche de définitions par une clarification : le ciment n’est rien d’autre qu’un ingrédient. Ainsi, il n’est jamais utilisé seul, mais toujours dans des recettes faisant intervenir d’autres composants. Le ciment, c’est un liant : une fois qu’on y ajoute de l’eau, il fait à peu près (pour garder la comparaison culinaire) le travail du jaune d’œuf dans les pâtisseries.

Formés à partir d’un mélange d’argile et de calcaire séché puis broyé, il s’agit d’une poudre fine, grise ou blanche, que tout le monde connaît.

Le mortier : colles, enduits, chapes


On désigne par mortier un mélange de sable et d’eau auquel on ajoute un liant, soit du ciment (mortier de ciment), soit de la chaux (mortier de chaux), soit un mélange des deux (mortier bâtard). Une fois le mélange effectué, il forme une pâte que l’on peut exploiter pour différents usages, que nous verrons plus bas, puis qui durcit à l’air libre pour devenir dur comme de la pierre. Mais en tant que tel, le mortier n’a pas de résistance mécanique propre, voilà pourquoi on ne l’utilise que :

  • Pour des enduits ;
  • Pour faire de la colle (pour monter des briques, des parpaings ou pour coller du carrelage, du parement, etc.) ;
  • Pour sceller des éléments ;
  • Pour créer des chapes ;
  • Etc.

Notes :
  • Le mortier de chaux est plus souple que le mortier de ciment et reste microporeux, ce qui garantit la respiration du matériau et du support. Il est en outre bactéricide, fongicide et répulsif pour les insectes… mais il sèche très lentement (ce qui le rend pratique à travailler mais nécessite des temps longs de séchage lors des travaux).
  • Le mortier de ciment sèche beaucoup plus vite mais n’est pas respirant et n’a aucune propriété d’assainissement.
  • Le mortier bâtard cumule les avantages des deux types de mortiers.
  • En plus ou à la place de l’eau, il est courant d’utiliser des produits alternatifs dans la réalisation du mortier : solutions hydrofuges, résines synthétiques, etc.

Le béton : une recette robuste pour le gros œuvre


Le béton est un mélange de ciment, de sable, d’eau et de granulats (graviers ou microbilles synthétiques, ou copeaux de bois, etc.). C’est sa composition qui le rend extrêmement robuste, lui procure des propriétés mécaniques exceptionnelles… et qui font que l’on utilise le béton pour réaliser le gros œuvre :

  • Dalles ;
  • Poutres ;
  • Colonnes ;
  • Linteaux ;
  • Murs ;
  • Etc.

Dosages des ingrédients, applications, utilisations des mortiers et du béton sont donc des éléments délicats qui déterminent la fiabilité de l’ouvrage réalisé. Voilà pourquoi il est important de s’assurer que ces notions sont maîtrisées avant de se lancer dans des travaux.
Et pour plus de confort et des garanties de qualité, nous vous conseillons de faire appel à une entreprise Plus Que Pro : engagement qualité et évaluation par les clients sont des garanties de satisfactions !

A lire également : Construire : quels matériaux choisir ?