/
/
/
/
Les différentes techniques de construction de maisons en bois

Les différentes techniques de construction de maisons en bois

En France, en 2012, 12% des maisons individuelles et 20% des extensions de maison, selon une enquête nationale du syndicat des professionnels du bois, étaient construites en bois. Sur ces dernières, 75% sont des maisons à ossature bois. Pourtant, il existe d’autres techniques de construction pour les maisons en bois. Le point sur la question.

La maison à ossature bois : 75% des constructions

Si les maisons dites à ossature bois ont tant de succès, c’est tout simplement parce que leur mise en œuvre est d’une simplicité et d’une rapidité confondantes. En effet, la maison est fabriquée avec des panneaux composés d’une part d’un cadre de montants de bois sur lequel sont fixés des panneaux de particules ou d’OSB. Ces panneaux forment les murs, l’ossature de la maison. Entre les montants, on peut insérer l’isolant et sur les panneaux, on peut fixer le bardage… ou bien un parement en brique, en béton, en pierre, etc.

En clair, contrairement aux idées reçues, une maison à ossature bois n’a pas forcément l’air d’être une maison en bois. C’est aussi cette liberté qui plaît.

Enfin, la maison à ossature bois est évolutive, permet une grande liberté architecturale et, surtout, se construit, sur site, en quelques semaines seulement.

Les maisons bois en poteaux et poutres : 16% des constructions

Manifestement délaissée, la maison en poutre et poteaux est un classique qui présente de nombreux avantages. Le principe de ce type de constructions bois est assez simple : un ensemble de poteaux reliés par des poutres forme la charpente, le squelette de la maison. Les poteaux sont de forte section et sont largement espacés (entre 2,5 et 5 mètres).

Les maisons bois poutres et poteaux permettent ainsi une très grande liberté architecturale : les murs peuvent être remplis comme vous l’entendez (briques, béton, pierre, etc.), toutes les formes, les agencements et les envies architecturales peuvent être réalisées.

Enfin, le grand avantage de ces constructions bois est le charme : les poteaux et poutres de grosse section restent visibles à l’intérieur de la maison, conférant ainsi un cachet rustique et ancien inégalable.

Les maisons en bois massif empilé (type fustes) : 5% des constructions

C’est le chalet traditionnel, l’isba, la fuste tels qu’on les imagine. Le principe est d’utiliser des grands madriers de bois (circulaires, bruts ou carrés) et de les empiler. Ils sont tenus entre eux par des chevilles éventuellement mais surtout par leur propre poids. C’est en vivant que les jointures se font et que la structure devient étanche à l’eau et à l’air.

Difficile à mettre en œuvre pour des raisons de technicité évidentes, les fustes ont un charme inimitable de chalet nordique et commencent à sérieusement se développer en France.

Les maisons en lamellé collé : 5% des constructions

Même si cette technique de construction bois est bien souvent utilisée surtout pour des bâtiments de grandes dimensions tels que des bâtiments publics, industriels, commerciaux, etc. il est possible de construire des maisons avec du bois massif lamellé collé.

Le principe est d’utiliser des poutres, panneaux et autres éléments de charpente en lamellé collé. Ces derniers peuvent alors servir aussi bien pour la structure globale, les cloisons, les sols, les plafonds, etc. Cette technique permet une association aisée avec d’autres matériaux tels que le béton et des innovations architecturales : charpentes cintrées, poteaux ronds, etc.

En outre, le lamellé collé a des propriétés mécaniques exceptionnelles en terme de robustesse, de stabilité et de résistance aux intempéries.
Il résulte de ces caractéristiques des maisons bois bien souvent très modernes, mariant bois, béton, aluminium et verre, pour des résultats résolument contemporains.

Crédites photos : @www.chalets-diane.com