/
/
/
/
Quelle finition pour son parquet : vitré, huilé ou ciré ?

Quelle finition pour son parquet : vitré, huilé ou ciré ?

Que ce soit en rénovation ou en construction, les parquets ont de plus en plus la cote depuis quelques années. Et pour traiter son parquet, il existe 3 types de finitions : vernie/vitrifiée, huilée ou cirée. Chaque solution présente des avantages et des inconvénients. Conseils pour choisir la finition de son parquet.

Vernis/vitrificateur

Economie et robustesse, liberté de choix de finition (mat, satinée ou brillante ; incolore ou imitant différentes teintes de bois, etc.), esthétique chaleureuse, peu d’entretien : voilà les avantages des parquets vitrifiés.

La mise en œuvre en outre est beaucoup plus simple que les autres solutions de finitions pour parquets. Il suffit, avec un rouleau adapté et un spalter (pinceau large) de passer une première couche de vernis/vitrificateur. Après 2 à 6 heures de séchage, en fonction du produit et du climat (plus il fait chaud et sec et plus le temps de séchage est court), il suffit d’égrener la couche (papier de 180 pour une finition manuelle, grain de 120 pour une finition à la machine), de passer un chiffon humide pour ôter les poussières, puis de passer une deuxième couche. En général, en ½ journée, vous pourrez faire une à deux pièces. Une maison entière de surface moyenne dans la journée.

Outre un aspect plus « classique », le vitrificateur présente un inconvénient principal : en cas de choc, de rayure ou de tâche, il faut poncer à nouveau toute la pièce puis vitrifier à nouveau tout le parquet… ou accepter la rayure !

Huile

Plus chère, l’huile pour parquet apporte une touche à la fois originale, élégante, chaleureuse et naturelle au parquet. Elle met en valeur le bois et apporte une note raffinée et contemporaine. En revanche, un parquet huilé demande de l’entretien : tous les 6 mois il faut appliquer une nouvelle couche d’huile.

La mise en œuvre quant à elle est un peu plus complexe. Il faut tirer l’huile pour parquet à la brosse pour la faire pénétrer dans le bois puis essuyer le surplus avec un chiffon spécifique. Il faut alors procéder par petites zones de 1 à 2 m² maximum pour bien travailler et garantir une absorption efficace et homogène de l’huile dans le parquet. Ensuite, il faudra appliquer de l’huile de rénovation tous les 6 mois.

Si les parquets huilés ont l’inconvénient de demander plus de travail à la mise en œuvre comme à l’entretien, en revanche, ils supportent bien mieux les dégâts du quotidien. Si jamais le parquet venait à être impacté, rayé ou taché, il suffit de poncer légère la zone concernée puis de repaser de l’huile juste sur cette zone. Vous n’y verrez que du feu !

Cire

Superbe patine, senteur délicate et évocatrice, chaleur incomparable, élégance très raffinée. Voilà les grandes forces des parquets cirés.
MAIS : la cire peut rendre le parquet glissant, elle déteste l’eau, ne protège pas le parquet des taches et demande un entretien extrêmement régulier. Il faut repasser la cire toutes les 2 à 4 semaines selon le passage de la pièce. En outre, en cas de tache, il est impératif de reponcer pour repasser la cire… autant dire qu’il vaut mieux vraiment réfléchir à deux fois avant d’opter pour un parquet ciré !

Crédits Photos: @www.menuiserie-parquet-zerr.fr/