/
/
/
Les règlementations concernant les pentes de toiture
Pentes de toiture

Les règlementations concernant les pentes de toiture

Vous avez déjà pu observer dans les différentes régions françaises une inclinaison variable des toitures.

Ce fait n’est pas dû à une préférence locale mais à l’existence d’une réglementation qui oblige les constructions à respecter un certain pourcentage pour leur toiture.

Le degré de la pente est défini par l’appartenance à des zones climatiques, à l’influence des vents dominants, ainsi qu’aux concomitances du vent et de la pluie

Une réglementation pour la viabilité de votre toiture

En tenant compte d’un zonage géographique et de l’impact du climat local, la pente d’une toiture a pour but de pérenniser la structure en assurant sa viabilité dans le temps. Or, cette inclinaison joue un rôle également déterminant dans la sélection du matériau constituant votre toiture, ainsi que dans le prix à investir.

En effet, l’intervention d’un professionnel sur un toit plat ou sur un toit pentu n’est pas le même. De plus, le couvreur doit être en mesure de concevoir une toiture garantissant le bon écoulement de l’eau de pluie et la bonne résistance aux conditions climatiques extérieures.

Degré de pente et situation de l’habitation

Chaque habitation est classée en fonction de son exposition à son environnement. La situation de votre maison peut être définie comme protégée, si elle est localisée en fonds de cuvettes, eux-mêmes encadrés de collines. Cela signifie que votre habitat est protégé des vents quelle que soit leur direction.
Si votre logement est positionné sur une plaine ou un plateau comportant de faibles dénivellations, la situation est jugée normale. Par contre, s’il se trouve soumis aux vents et aux intempéries, comme par exemple sur le littoral, dans les îles ou en sommet de falaises, la situation est dite exposée.

Intégrant localisation géographique et aires climatiques, un autre zonage vient s’additionner et se surimposer au premier. Trois zones distinctes apparaissent :
  •  la zone 1 réunit les habitations établies dans l’arrière-pays côtier, à plus de 40 km du littoral, et à 200 m au dessus du niveau de la mer ;
  • la zone 2 comprend les habitations situées entre 20 et 40 km à l’intérieur des terres et érigées à une altitude variant entre 200 et 500 m au dessus du niveau de la mer ;
  • la zone 3 englobe les habitations construites à moins de 20 km du littoral et à une altitude calculée supérieure à 500 m au dessus du niveau de la mer.


Calcul réglementaire de la pente d’une toiture

Lorsque les deux premiers paramètres sont finalisés, un troisième facteur est ajouté : le type de matériau de la toiture. Notez que tous les fabricants ont l’obligation de vous communiquer cette valeur.

Les pentes minimales admissibles fluctuent de façon importante selon les matériaux de toitures sélectionnés. Ces normes s’appliquent à des longueurs de toiture n’allant pas au delà de 12 m en projection horizontale. Si cette limite est franchie, le professionnel qui intervient pour couvrir votre habitation doit impérativement réaliser une étude au cas par cas.

Découvrez également les toitures plates.