/
/
/
/
Comment bien isoler son plafond
Isolation du plafond

Comment bien isoler son plafond

Si votre plafond donne sur des combles non isolées ou si votre maison a une cave ou un sous-sol non isolé, l’isolation du plafond permettra de préserver la zone habitable des pertes thermiques. D’une mise en œuvre classique, l’isolation du plafond demande néanmoins un peu plus de technique et de matériel que le doublage des murs intérieurs. Explications.


Une mise en œuvre classique… mais délicate


Le principe de l’isolation du plafond est simple : il s’agit de placer un isolant que l’on recouvrira d’un parement de finition. Classiquement, on utilise de la laine minérale, mais on peut tout à fait, évidemment, utiliser de la laine végétale, de la ouate de cellulose ou du polystyrène extrudé.


Là où la mise en œuvre est plus délicate que pour l’isolation des murs intérieurs, c’est que l’on travaille en hauteur, à l’horizontale, et qu’il est nécessaire de conserver une horizontalité parfaite, même quand le plafond existant ne l’est pas !
Il faut donc repérer le point le plus bas du plafond et l’utiliser comme repère pour placer les 2 rails latéraux qui serviront à maintenir l’isolant et qui seront placés sur deux murs opposés. Sur les deux autres murs, on placera, au niveau, des montants que l’on insère dans les rails précédemment posés.


Ensuite, tous les 2,35m, dans la largeur de la pièce, on fixe au plafond des fourrures intermédiaires. Ensuite, tous les 60 cm, on fixe les montants horizontaux en les insérant dans les montants latéraux, deux par deux, dos à dos. Ces montants horizontaux sont rattachés aux fourrures intermédiaires par des suspentes.
La délicatesse de l’opération ici concerne l’horizontalité parfaite : il ne faut visser les montants horizontaux aux suspentes qu’après avoir vérifié le niveau !
Une fois cela fait, l’isolant peut être glissé, en assurant une continuité parfaite, entre le plafond existant et les montants horizontaux.


Enfin, les plaques de plâtre sont placées avec un lève-plaque puis vissées aux montants.


Pour compléter par une isolation phonique


L’idéal, quand on veut compléter l’isolation de son plafond par une isolation acoustique, est de désolidariser le faux plafond du plancher supérieur. Pour cela, on utilise des ossatures logues portées : au lieu de visser des suspentes au plafond existant, on visse l’ossature dans les murs de la pièce. Cela permet d’éviter que les bruits d’impact et les vibrations se transmettent, via les suspentes, au parement de finition (généralement du placoplâtre) du faux plafond.


Vous le voyez, faire l’isolation d’un plafond n’est pas en soi une chose complexe. Mais cela demande patience, méthode et précision pour un résultat impeccable. Voilà pourquoi, pour aller plus vite, préserver son confort et s’assurer un résultat parfait, il est intéressant de faire appel à un professionnel compétent.


Et pour trouver un professionnel compétent, il y a Plus Que Pro : nous référençons, près de chez vous, des artisans compétents, expérimentés et recommandés par leurs clients via notre système d’avis vérifiés certifié ISO 9001.


Confort, qualité et confiance : que demander de plus pour vos travaux d’isolation de plafond ?

Obtenir un devis pour l'isolation du plafond

Découvrez les artisans dont le savoir-faire est évalué par des avis clients contrôlés. N'hésitez pas à leur soumettre vos projets en matière d'isolation de plafond !