/
/
/
Pose de toiture : les différentes méthodes
Pose toiture

Pose de toiture : les différentes méthodes

La toiture est un des éléments essentiels du bâti et dépend pour beaucoup des règles locales d’urbanismes, quand il y en a. Shingle, tuiles plates, tuiles mécaniques, bacacier, zinc, fibrociment, bardeaux de bois : s’il existe différents types de couvertures (qui demandent chacune une méthode de pose spécifique), certains prérequis sont communs à tous. Support de couverture, spécificités de chaque type de couverture, différences de méthodes : zoom sur les différentes méthodes de pose de toiture.

Pose de toiture : des prérequis communs

Quel que soit le type de couverture que vous envisagez de mettre sur votre toiture, la pose demandera inévitablement un support de couverture. Ce support de couverture dépendra en partie de la couverture choisie mais d’une manière générale, ce dernier sera en bois et constitué :

  • Soit de liteaux ;
  • Soit de voliges.

On privilégie généralement les voliges lorsque l’habitation est soumise à des forts et réguliers tandis que, dans tous les autres cas, les liteaux seront largement suffisants. Mais il faut savoir par exemple que, notamment pour l’ardoise, la pose sur liteaux se fait avec des crochets agrafe tandis que la pose sur volige se fait avec des crochets pointe ou au clou. Le choix du support de couverture détermine donc ici grandement la méthode de pose finale !

Mais dans l’ensemble, à moins que votre habitation soit soumise à des vents forts et réguliers, vous opterez pour les liteaux (sauf pour le shingle, mais nous y revenons plus loin).

L’autre prérequis est qu’il est généralement nécessaire :

Les différents types de couverture

Chaque type de couverture impose une méthode et des cotes particulières :
La tuile plate : est adaptée à toutes les toitures et peut même être posée sur des toits ayant une pente de 50% maximum ! Elles sont clouées sur les liteaux ;

  • La tuile canal : la fameuse tuile « romaine » traditionnelle qui ne convient qu’aux toits de faible pente (8% maximum). Elle nécessite des chevrons en triangle dans certains cas ou des tuiles de courant à tenons dans le cas d’une pose sur liteaux ;
  • La tuile mécanique : la plus répandue aujourd’hui, elle s’adapte à un grand nombre de toitures (jusqu’à 30%) et est facile à poser, seuls les points singuliers sont véritablement techniques (faîtage, rives latérales, débouchés de ventilation, etc.) ;
  • Le shingle : peu cher mais peu durable, le shingle a une esthétique assez élégante et variée et s’adapte à toutes les pentes de toits. Mais il demande un support plat complet et exige la pose d’un support jointif sur le voligeage.
  • L’ardoise : obligatoire dans certaines zones, sa pose exige une pente de 25% minimum, avec des variations selon les zones géographiques. Comme on l’a vu plus haut, elle peut être posée de différentes manières.

Vous le voyez, la pose de la toiture demande une certaine expertise pour analyser la méthode la plus appropriée en fonction du budget, des caractéristiques esthétiques régionales, des conditions climatiques, des points singuliers de la toiture, etc.

Elément capital pour l’étanchéité du bâti, la toiture doit être prise en charge par un professionnel pour un confort optimal (pas de travaux à réaliser soi-même, garantie décennale, etc.) et un résultat conforme aux DTU et pérenne.

Les artisans Plus Que Pro sont engagés dans une démarche qualité et sont recommandés par leurs clients, voilà une garantie de satisfaction : profitez-en !

Trouver un artisan charpentier pour mes projets de pose de toiture

Consultez les artisans charpentiers Plus que Pro recommandés par leurs clients. Soumettez simplement et rapidement votre projet en demandant un devis pour la pose d'une toiture