efficacite-isolation.jpg

04/03/2017

Comment faire évaluer l’efficacité de votre isolation ?

Pour réaliser des économies d’énergie et réduire ses émissions de gaz à effet de serre, avant même de réfléchir au mode de chauffage et à l’apport d’énergies renouvelables, c’est évidemment à l’isolation qu’il faut s’attaquer. Or, pour que les travaux d’isolation soient rentabilisés, il peut être particulièrement pertinent de procéder à un diagnostic de son isolation. Explications.

Isolation : les points clés

En rénovation, à moins de procéder à une Isolation Thermique par l’Extérieur (ITE), les ponts thermiques sont en réalité les points les plus négligeables en matière de déperdition de chaleur. En effet, les pertes de chaleur sont généralement réparties comme suit :
- 30% par la toiture
- 20% par les systèmes de renouvellement d’air
- 16% par les murs
- 16% par les sols
- 13% par les portes et fenêtres
- 5% par les ponts thermiques

On le voit immédiatement : systématiquement, le point clé de l’isolation est la toiture. Dès lors, que vos combles soient aménagés ou perdus, ce sera immanquablement le poste à isoler en priorité. En combles perdus, le retour sur investissement est alors considérable puisque les travaux d’isolation sont peu coûteux et les bénéfices très importants.

Pour le reste, à moins d’avoir un budget suffisamment important pour tout faire, il sera primordial d’arbitrer entre les sols, les murs et les portes et fenêtres pour déterminer le poste à isoler en priorité pour obtenir un bon retour sur investissement.

A noter : en fonction des matériaux et de l’épaisseur des murs, les déperditions de chaleur peuvent varier énormément. Entre un mur des années 80/90 associant parpaings, vide d’air et brique creuse et un mur des années 50 en parpaings ou machefer, les déperditions iront du simple au double ! Il est donc fréquent que le changement des menuiseries soit plus pertinent pour l’isolation que le doublage des murs.

Le diagnostic énergétique et la thermographie infrarouge

C’est pour cela que, même si le diagnostic n’est pas obligatoire, il peut être une aide considérable pour procéder à cet arbitrage.

Les diagnostiqueurs sont en effet en mesure d’analyser le bâti pour classer les défauts de l’isolation et établir des préconisations de travaux à réaliser, associés au retour sur investissement. C’est sur la base d’une analyse approfondie de la construction (types de matériaux, épaisseurs des murs, types de vitrages, orientation, altitude, etc.) qu’ils vous proposeront de procéder à tel ou tel poste d’isolation de votre maison.

En complément d’une analyse théorique du bâti, les diagnostiqueurs peuvent, le cas échéant, réaliser une thermographie infrarouge de votre maison pour identifier les points faibles de l’isolation et valider leur analyse théorique. Cette imagerie permet de visualiser concrètement les pertes de chaleur.

Pour trouver, près de chez vous, une entreprise de diagnostic énergétique ou un artisan habilité à procéder à ce type de diagnostic, utilisez Plus que PRO : nous référençons, département par département, les professionnels engagés dans une démarche qualité et évalués par leurs clients via un système d’avis contrôlés certifié ISO 20252.