/
/
/
/
Carrelage : faut-il opter pour le vitrificateur, l'huile ou le vernis ?
Carrelage

Carrelage : faut-il opter pour le vitrificateur, l'huile ou le vernis ?

Carrelage en pierre, en céramique ou en terres cuites, il est essentiel de les protéger de l’humidité. Plusieurs solutions sont envisageables via l’application d’un vitrificateur, d’une huile ou d’un vernis.

Protéger son carrelage : bien suivre les recommandations

Le vitrificateur et le vernis pour ne sont pas des produits conseillés de prime abord. Néanmoins, ils ont l’avantage de protéger un carrelage, en lui redonnant sa brillance, et en facilitant son entretien. Ces produits sont composés de résines acryliques, qui, apposés au pinceau, forment un film protecteur et imperméabilisant sur le revêtement.

Le vernis pour carrelage a donc pour fonction d’imperméabiliser la surface, ce qui s’avère particulièrement efficace pour lutter contre l’humidité. Le vernis offre aussi des garanties pour le rendre plus lumineux. Le vitrificateur dédié au carrelage est un procédé qui modifie son aspect en satiné, mat ou brillant. Outre l’apport esthétique, il offre aussi une protection au carrelage. Notez que certains carreaux sont déjà vitrifiés à l’achat, d’où un investissement initial plus élevé. Toutefois, cette solution est plus durable comparativement à un produit vitrificateur qui serait ajouté par la suite.

Les atouts et les inconvénients

Il faut savoir que le vitrificateur et le vernis ont tendance à mal vieillir dans le temps. Le vernis se craquelle assez vite, d’autant qu’il résiste très peu à l’influence des rayons ultra-violets. De même, les éléments de jointure jaunissent, ce qui les rend moins efficaces, et moins esthétiques.

En ce qui concerne les carreaux de terre cuite, ces produits comblent la porosité naturelle de ce type de matériaux. Or, c’est justement cette caractéristique qui permet à la dalle de carrelage de respirer. Enfin, dans la colonne des défauts, on peut noter que le processus de vitrification est assez long. Plusieurs couches d’applications, entrecoupées de temps de séchage, sont obligatoires pour obtenir le résultat escompté.

Le vitrificateur et le vernis sont malgré tout des solutions avantageuses, surtout dans le cadre d’un carrelage ancien, menacé et abimé par des infiltrations d’humidité ou des joints défaillants. Le traitement évite de changer entièrement le carrelage en prolongeant sa durée de vie. Un produit à base de polyuréthane est particulièrement intéressant pour les carrelages localisés en extérieur, grâce à leur composante protectrice et élastique.

Le cas de l’huile pour carrelage

Contrairement aux vernis, les cires et les huiles pénètrent dans le carrelage en profondeur. Elles ont pour objectif de le nourrir, tout en le laissant respirer. Notez que plusieurs huiles et cires sont totalement écologiques et naturelles. Elles contribuent par ailleurs à rehausser le degré de résistance d’une surface poreuse, tout en lui octroyant des propriétés hydrofuges.

D’autres types de traitement, à l’image des produits d’imprégnation et non filmogènes, sont commercialisés. Attentifs à l’aspect naturel du support qui demeure perméable à l’air, ils affichent une comptabilité pour les sols à l’intérieur comme à l’extérieur de votre logement. Sachez que des versions respectueuses de l’environnement, ne contenant ni solvant, ni silicone, sont mises à votre disposition par les professionnels.

Obtenir les conseils ou le devis d'un carreleur

Sur Plus que PRO, découvrez des carreleurs dont le savoir-faire est évalué par des avis clients contrôlés. N'hésitez pas à leur soumettre vos projets !