isolation_thermique.jpg

26/12/2017

En quoi consiste l’isolation thermique par l’intérieur ?

Avec l’arrivée des grands froids de l’hiver, l’isolation apparaît à nouveau dans les discussions de celles et ceux qui n’arrivent pas à chauffer leur maison ou leur appartement. Et pour cause : avant de penser à changer son installation de chauffage, il convient, d’abord, d’éviter les pertes de chaleur. Et pour cela, l’isolation est évidemment la seule solution. Consistant à appliquer un isolant sur les murs de l’habitation, l’isolation par l’intérieur permet de limiter les pertes de chaleur à moindre coût, malgré les quelques inconvénients qu’elle présente. Explication.

Comment fonctionne l’isolation par l’intérieur ?

Le principe de l’isolation par l’intérieur (ITI) est simple : elle consiste en l’application, sur les murs de l’habitation, d’une couche d’isolant plus ou moins épaisse destinée à limiter les pertes de chaleur qui se produisent par les murs (qui représentent 15% des pertes totales de chaleur d’une habitation). En quelque sorte, l’idée est de créer un cocon à l’intérieur de l’habitation.

Quels matériaux pour l’isolation intérieure ?

Les laines minérales

Le matériau le plus utilisé pour l’isolation par l’intérieur est la laine minérale (laine de verre ou laine de roche). Peu cher, pratique à mettre en œuvre et performant, ce matériau présente de nombreux avantages, même s’il est relativement irritant pour les personnes qui le manipulent, qu’il est sensible à l’humidité, qu’il se tasse avec le temps (sauf quand elles sont installées sous forme de panneaux rigides ou semi-rigides) et qu’il sert souvent de nid pour les rongeurs qui adorent s’y installer…

Les isolants végétaux

Chanvre, bois, laine de mouton, etc. il existe aujourd’hui de plus en plus d’isolants végétaux qui présentent des caractéristiques similaires, voire supérieures, aux laines minérales et sont beaucoup plus respectueux de l’environnement… mais coûtent beaucoup plus cher. Leur utilisation relève donc d’un choix éthique personnel et implique un investissement un peu plus important.

Le polystyrène

Moins performant que les précédents (à performance thermique égale, il faut une épaisseur plus importante de polystyrène que de laines minérales ou végétales), il est en revanche beaucoup plus facile à poser et plus stable dans le temps et n’attire pas les rongeurs. Le coût quant à lui est légèrement plus élevé que les laines minérales.
Le polystyrène est souvent privilégié pour l’isolation par l’extérieur en raison de sa grande rigidité et du fait que son épaisseur est moins problématique à l’extérieur.

Le verre cellulaire

Beaucoup plus cher que les matériaux précédents, beaucoup plus robuste et durable dans le temps, insensible à l’humidité, aux rongeurs, aux produits chimiques, etc. totalement inerte et non irritant, très performant : le verre cellulaire est un matériau de choix pour l’isolation intérieure des habitations.

Quels sont les inconvénients de l’ITI ?

L’isolation par l’intérieur est beaucoup moins coûteuse que l’isolation par l’extérieur et présente des performances tout à fait honorables pour obtenir une habitation moins gourmande en énergie (même si ces performances sont toujours insuffisantes pour créer une habitation passive). Toutefois, elle présente quelques inconvénients :

  • Elle ne supprime pas les ponts thermiques : elle ne permet donc pas de créer des maisons passives par exemple ;
  • Elle réduit le volume intérieur : l’épaisseur d’isolant doit être prise en compte ;
  • Elle implique des travaux important au cours desquels il est impossible de vivre dans le logement : mise en place des rails puis de l’isolant puis finition (enduit puis peinture sur verre cellulaire ou placoplâtre, enduit puis peinture sur laines minérales ou végétales ou polystyrène).

Si vous souhaitez réaliser l’isolation intérieure de votre logement, pensez à utiliser Plus que PRO pour trouver, près de chez vous, une entreprise engagée dans une démarche qualité et évaluée par ses clients via notre système d’avis contrôlés certifié ISO 20252.