maison-energie-positive.jpg

01/05/2017

Qu’est-ce qu’une maison à énergie positive ?

Alors que les réglementations thermiques ne cessent d’évoluer vers un niveau de performance toujours plus exigeant, certains architectes et certains constructeurs proposent d’ores et déjà des maisons du futur : les maisons à énergie positive. Produisant plus d’énergie qu’elles n’en consomment, ces constructions sont résolument inscrites dans un avenir plus économique et plus respectueux de l’environnement. Zoom sur les maisons à énergie positive ou BEPOS (pour Bâtiments à Energie POSitive).

Un cadre réglementaire encore flou…

L’objectif affiché et déjà entamé de l’État français, conformément, notamment, aux directives européennes, est que tous les nouveaux bâtiments construits à partir de 2020 soient autonomes en énergie. Pour ce faire, les réglementations thermiques évoluent progressivement et les professionnels du secteur, par anticipation, se forment régulièrement aux nouvelles méthodes de construction pour pouvoir tenir ces exigences, au moins en 2020.

Or, il n’existe aujourd’hui pas encore de cadre légal définissant les critères nécessaires à l’obtention d’un label BEPOS. En effet, si la définition simple de « bâtiment produisant plus d’énergie qu’il n’en consomme » est communément admise, rien ne précise aujourd’hui les seuils devant être respectés pour détenir ce label, contrairement au label BBC par exemple.

On trouve donc des bâtiments à énergie positive qui produisent 50kWhep.m²/an, d’autres qui en produisent 115 et d’autres qui en consomment encore 1,6. Par ailleurs, la consommation d’électricité n’entre pas en compte dans les seuils imposés par la RT2012… et il arrive que certaines maisons à énergie positive en consomment beaucoup !

… mais des performances indéniables

Néanmoins, malgré ce flou qui persiste encore autour des maisons à énergie positive, une chose reste sûre : les performances de ces bâtiments. Qu’elles consomment encore 1 petit kilowattheure équivalent pétrole par mètre carré par an ou qu’elles en produisent plusieurs dizaines par mètre carré par an, toutes ces maisons présentent des performances thermiques largement supérieures à tout autre type de construction.

Les principes de base d’une maison à énergie positive

Même s’il existe une grande diversité dans les techniques utilisées pour la construction des maisons à énergie positive, des constantes existent :

- Fabrication locale d’électricité par panneaux photovoltaïques ou éoliennes
- Production d’eau chaude et de chauffage par des énergies renouvelables : capteurs solaires ou pompes à chaleur géothermiques généralement mais aussi biomasse dont, plus particulièrement, bois énergie
- Exploitation de l’environnement optimale : orientation des ouvertures de manière à limiter les pertes de chaleur en hiver tout en maximisant les apports solaires, utilisation d’arbres caducs pour créer des écrans en été et ainsi limiter voire supprimer les dépenses de climatisation, etc.
- Etc.

Plus coûteuses à la construction, les maisons à énergie positive sont, en théorie, largement rentabilisées d’une part par les économies qu’elles permettent de réaliser au quotidien et d’autre part par la vente de l’électricité surnuméraire à ERDF.

Si vous êtes intéressé par les maisons à énergie positive et que vous souhaitez réfléchir à un projet de construction, utilisez Plus que PRO pour trouver, près de chez vous, des professionnels compétents, formés, engagés dans une démarche qualité et évalués par leurs clients via notre système d’avis contrôlés certifié ISO 20252.