Expert Plus que Pro

Le contenu de cet article a été validé par Ordigraphie Service, expert Plus que PRO.

Pour découvrir ses avis clients, bénéficier de ses conseils et de son expertise pour la mise en place de votre projet, rendez-vous sur :

www.ordigraphie-service.com

imprimerie-quel-type-de-fichier-choisir.jpg

Imprimerie : connaître les différents types de papiers

Du papier couché au papier de création, l’imprimerie offre toute une gamme de papiers d’impression. Il est intéressant de savoir quels sont les intérêts de ces différents papiers en fonction des projets d’impression. Ces types de papiers ont des touchés différents et ont chacun leurs produits de prédilection.

Le papier couché, une haute qualité d’impression

Le papier couché désigne en réalité un papier lisse qui possède un niveau d’imprimabilité très élevé. Pourquoi ? Parce que le papier couché dispose d’une couche de réception appliquée à sa surface composée de pigments minéraux. Ce type de papier est un papier de haute qualité.

On parle de papier couché mat (CMM), satiné (CMS) ou brillant (CMB). Les CMM et CMS permettent de fixer l’encre d’un tampon ou l’écriture au stylo à bille. Cela n’est pas possible avec le CMB. De plus, le type de couchage affecte également la main (rigidité) du papier. A grammage égal, un papier CMB est beaucoup plus souple qu’un CMS ou CMM.

Dans quel cadre utilise-t-on le papier couché ? Plusieurs possibilités d’utilisation sont envisageables, à commencer par le papier couché satiné, idéal pour l’impression de documents de toute nature. Sachez que la version mate est prisée pour obtenir un rendu plus raffiné, approprié pour les ouvrages d’art. Enfin, le papier couché brillant fait ressortir les messages promotionnels, en améliorant sensiblement leur visibilité, ce qui est généralement bienvenu pour faire passer un message de type publicitaire.

Le papier offset reconnu pour son rapport qualité/prix

Le papier offset est plus répandu pour l’impression de documents, surtout grâce à sa polyvalence, mais aussi à son aptitude à optimiser les teintes souhaitées. De ce fait, son rapport qualité/prix est sans conteste l’un des plus avantageux dans l’univers de l’imprimerie.

Dans quel cas opter pour ce type de papier ? Par exemple, si vous souhaitez établir votre communication d’entreprise par courrier, le papier offset dit « tête de lettre » conviendra parfaitement. Vous utilisez déjà aujourd’hui du papier offset sans le savoir : les ramettes de 500 feuilles de papier A4 que vous mettez dans votre imprimante sont en fait du papier offset.

Le papier autocopiant, véritable papier carbone

Le papier autocopiant a un usage plus singulier, mais peut se targuer d’avoir des caractéristiques semblables au papier carbone. A ce titre, il est employé pour la conception de liasses, ou bien la création de carnets de factures ou bons de livraison. Ce type de papier est composé de 2 voire 3 feuilles différentes, en fonction du traitement chimique de surface de celui-ci. La première feuille (CB, Coated Back), généralement blanche, doit être suivie d’une seconde feuille (CF, Coated Front) pour que les 2 faces de couchage soient en contact pour être sensibles à la pression lors de l’écriture. Une ou plusieurs feuilles complémentaires peuvent être insérées entre les CB et CF : ce sont des feuilles CFB, Coated Front & Back, s’il faut plus que 2 feuilles dans une liasse. Les papiers CF et CFB sont généralement de couleur jaune ou rose afin de différencier les divers exemplaires d’une liasse. Il existe également du papier blanc SC (Self Contained) qui peut être associé à n’importe quel autre papier non autocopiant afin de réaliser des copies carbone.

Les papiers de création : personnaliser sa communication

Si vous désirez sortir des standards et démarquer votre angle de communication, y compris professionnel, privilégiez les papiers de création. Ils apportent indéniablement une touche personnalisée, d’autant que vous pouvez jouer sur les apparences en fonction de la nature de votre message. Ils renforcent aussi l’identité de vos imprimés, et se déclinent dans une gamme élargie : métallisée, vergée, toilée, translucide, imitation de matière, velin...

Le papier création apporte une dimension tactile à votre communication, car il est souvent texturé. Ces papiers sont généralement beaucoup plus chers que les papiers couchés.

Les papiers rigides : tout sur le grammage

Les papiers rigides possèdent un grammage plus conséquent, ce qui leur octroie une meilleure résistance. On retrouve dans cette catégorie de papiers d’impression le papier Bristol (cartes de visite), le papier Kraft (emballage), et même le carton (boîtes).

Le grammage correspond au poids d’une feuille pour 1 m². Un papier 300g et forcément plus épais qu’un papier 80g. En règle générale, la rigidité ou main augmente avec le grammage.

Les papiers spéciaux : adhésifs, synthétiques, …

Il existe une dernière catégorie pour les autres supports. Il faut distinguer ceux qui collent et ceux qui ont des caractéristiques spéciales (indéchirables, tissés, synthétiques). Les adhésifs sont principalement caractérisés par leur colle (permanente, enlevable, à polymérisation) et peuvent être en papier ou synthétiques (par exemple vinyls). Les spéciaux ont des possibilités qui s’affranchissent du papier qui se déchire, brûle et ne résiste pas à l’eau.

Dans tous les cas, votre imprimeur saura vous aider à choisir le bon papier pour la réalisation de votre communication.

Rédigé le 17/07/2016 -


Expert Plus que Pro

Le contenu de cet article a été revu par Ordigraphie Service, expert Plus que PRO.

Pour découvrir ses appréciations clients, lui présenter votre projet et obtenir des conseils personnalisés, rendez-vous sur :

www.ordigraphie-service.com