smart-city

La smart city : la ville du futur ?

Elles deviennent un argument politique, un sujet favori de JT, un concept semblant tout droit sorti d’un scénario de science-fiction… mais elles sont surtout un OVNI pour le grand public qui peine à comprendre réellement ce qu’est une smart city ! Alors, qu’est-ce qu’une smart city ? A quoi cela sert-il ? Comment participer à l’évolution de nos villes ? Tour d’horizon de la question.

Smart city : définition

Sommairement, on peut établir la définition suivante : une smart city est une agglomération ou une collectivité locale exploitant les technologies de l’information et de la communication pour être plus efficiente. En résumé : c’est une ville « connectée » et, ainsi, plus performante.

Mais performante comment ? Pour qui ? Dans quel but ? C’est bien là que les questions commencent à se poser… et que les opinions divergent.

Car d’un côté, on a surtout des grandes entreprises internationales (de la télécommunication, du logiciel, de la construction) qui vantent à tout va les mérites de la smart city, voyant en elle un relai de croissance considérable (le marché est estimé en moyenne à 25 milliards d’euros d’ici 2025).

Mais d’un autre, on a des associations, des politiques, des urbanistes et des acteurs alternatifs qui y voient un formidable moyen de créer du lien, d’améliorer la vie des usagers de la ville, de laisser plus de temps au plaisir et au temps partagé, etc. Bref, pour certains, la smart city est surtout une utopie.

Enfin, il y a les sceptiques, ceux qui craignent une smart city qui, finalement, n’est qu’une vaste prison dorée dans laquelle nos données privées sont constamment collectées, regroupées et analysées, pour mieux nous contrôler, comme des pions, des rouages d’une ville plus intelligente que nous.

Problème : la smart city, c’est un peu tout ça… car pour l’instant, ça n’est qu’un fantasme ! En effet, des projets sont en cours, des initiatives sont déjà lancées ici ou là, mais une smart city est un espace en perpétuelle évolution.

Smart City : des exemples concrets

Au Japon par exemple, les personnes âgées, qui représentent une part grandissante de la population, sont équipées de tablettes numériques, sur lesquelles est installée une application. Tous les citoyens disposant de compétences ou diplômes de secourisme sont invités à s’inscrire sur cette application. De cette manière, en cas de malaise d’une personne âgée, tous les citoyens à proximité en mesure de lui venir en aide sont prévenus sur leur smartphone et peuvent intervenir !

La circulation de certaines villes (comme Los Angeles) est déjà contrôlée par un logiciel qui analyse en temps réel le trafic et gère l’alternance des feux de signalisation de manière à rendre le trafic optimal sur tous les axes.

Dans certaines villes, ce sont des bornes interactives, un peu partout dans l’agglomération, qui permettent aux citoyens d’effectuer des démarches administratives en toute simplicité, d’imprimer des documents, etc.

Un peu partout dans le monde, l’analyse du trafic sur les lignes de bus permet de les optimiser, d’optimiser les trajets et de maximiser la satisfaction des usagers.

Bref, vous le voyez, la smart city est déjà en marche et peut donner le meilleur… comme le pire. L’avantage, c’est que pour y participer, il suffit d’avoir ders idées et de participer à des associations ou à la vie politique locale, pour soutenir des projets. Alors, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Et en attendant des villes plus intelligentes et connectées, vos maisons, elles, peuvent l’être, grâce à la domotique ! Alors contactez un professionnel si le futur vous fait envie !

Rédigé le 10/10/2016 -


Label Qualité - Member du réseau Plus que Pro

Un projet à réaliser ?

Découvrez les avis clients des adhérents Plus que PRO pour choisir votre prestataire en toute confiance et bénéficier d’un travail de qualité.

Demande de devis