qu-est-ce-que-la-retro-isolation.jpg

24/03/2017

Qu’est-ce que la rétro-isolation ?

En matière de rénovation énergétique, on tombe parfois sur des termes obscurs et techniques qui peuvent effrayer les néophytes que nous sommes tous. Et pourtant, certains sont d’une simplicité confondante. C’est le cas de la rétro-isolation, qui n’est autre que le terme technique pour désigner une isolation des murs par l’intérieur. Zoom sur les principes, la méthode et les points clés.

Principes de l’isolation des murs extérieurs par l’intérieur

Les murs sont responsables d’environ 16% des pertes de chaleur dans une maison, sauf dans les maisons passives, évidemment, mais ces dernières n’ont pas besoin de rétro-isolation…

Le principe de l’isolation des murs extérieurs par l’intérieur est donc simple :

  • Une couche d’isolant d’épaisseur et de matériau variable est posée, à l’intérieur de l’habitation, contre le mur extérieur ;
  • Cette couche d’isolant est recouverte d’un pare-vapeur pour éviter la condensation contre l’isolant ;
  • Une contre-cloison est ensuite fixée en finition intérieure.

Les points à surveiller en matière de rétro-isolation

Vous le voyez, en principe, c’est assez simple. Néanmoins, pour que l’isolation des murs par l’intérieur soit véritablement efficace, plusieurs points doivent être surveillés de près :

  • L’isolant ne doit pas être comprimé pour conserver ses propriétés isolantes. Et ce, d’autant plus que sa performance est directement liée à son épaisseur.
  • L’isolant ne doit pas être percé par le câblage électrique par exemple ;
  • Le pare-vapeur est important car il évite la condensation liée aux différences de températures entre l’air intérieur et l’air compris derrière l’isolant ;
  • Les défauts d’étanchéité doivent être colmatés avec un mastic spécifique à certains points stratégiques (angles de murs, angles entre le mur et le plafond, etc.) ;
  • Un joint souple doit être placé autour des câblages qui traversent le pare-vapeur ;
  • Idéalement, pour un résultat optimal, on prévoira un vide d’air entre le pare-vapeur et la contre-cloison pour laisser passer les câblages et autres éléments techniques.

La technique de la rétro-isolation

En premier lieu, des rails doivent être posés sur le sol et le plafond, pour accueillir des profilés verticaux, espacés de 60cm, qui accueilleront l’isolant. Cette pose doit être effectuée dans les règles de l’art pour garantir, ensuite, un maintien optimal de l’isolant d’une part (sans le comprimer) et des plaques de placoplâtre de la contre-cloison.

Des panneaux d’isolant (laine de verre, laine de roche, laine de bois, polystyrène, etc.) sont placés entre les profilés verticaux et derrière les rails, contre le mur, et éventuellement fixés. A ce stade, deux solutions se présentent :

  • Soit une « gaine technique », un vide d’air, donc, est prévue : dans ce cas, on colle le pare-vapeur directement sur l’isolant, les câblages et autres éléments techniques étant passés après.
  • Soit aucune gaine technique n’est prévue : dans ce cas, les câbles et autres éléments techniques sont passés contre l’isolant et maintenus par les profilés verticaux. L’ensemble sera recouvert par le pare-vapeur.
  • Pour finir, les plaques de plâtre sont vissées sur les profilés verticaux et le plâtrier peintre peut passer aux finitions (bandes à joints, enduit ou toile tendue, peinture ou papier peint, etc.).

Pour vous aider dans vos travaux, avoir une installation faite dans les règles de l’art et bénéficier des aides fiscales en vigueur (en 2017 : TVA réduite à 5,5%, crédit d’impôt de 30%, prêt à taux zéro, etc.), faites appel à un professionnel RGE évalué par ses clients près de chez vous que vous trouverez grâce à Plus que PRO.