toiture.jpg

Les différentes aides pour rénover sa toiture

Élément crucial d’une construction, protégeant l’intérieur des aléas du climat et préservant des déperditions de chaleur, la toiture doit être en excellent état pour bien assurer le confort des occupants. Mise constamment à rude épreuve, cette structure s’amenuise au fil du temps et a besoin d’être rénovée régulièrement. La réalisation des travaux y afférents requiert un budget plus ou moins important selon l’envergure des rénovations. Justement pour motiver les ménages à prendre en main la rénovation de leur toiture, des subventions et des aides financières sont octroyées aux usagers. L’obtention de l’accord favorable est soumise à certaines conditions que les demandeurs doivent remplir. Ces conditions varient en fonction des aides et des subventions sollicitées.

Les subventions de l’Anah

Destinée aux ménages modestes et très modestes, dont les revenus sont limités à un certain seuil, l’aide de l’Anah (Agence nationale de l’habitat) donne à ces derniers la possibilité de faire la rénovation de leur toiture. Les travaux de toiture subventionnés par l’Anah visent aussi à améliorer la consommation énergétique des foyers. L’agence prend en charge la réparation et l’amélioration de l’étanchéité, ainsi que le renforcement de la charpente et la réfection des corniches, des lucarnes et des souches dans un but de rénovation énergétique. L’isolation des combles perdus fait aussi partie des travaux pouvant être financés par l’Anah. Néanmoins, l’agence paie les 50 % du coût des travaux pour les ménages très modestes, soit 10 000 euros au maximum. Les aides fournies pour les ménages modestes sont limitées à un plafond de 7 000 euros, soit l’équivalent de 35 % des travaux. Des primes de 2 000 euros pour les premiers et de 1 600 euros pour les seconds peuvent être octroyées également.

Les autres alternatives sont les programmes d’amélioration de l’habitat ou l’OPAH que les communes peuvent proposer. Il convient alors de se renseigner auprès de l’administration locale.

Crédit d’impôts pour la transition énergétique (CITE)

Les locataires et les propriétaires occupant un bien immobilier qui a été achevé depuis plus de 24 mois peuvent prétendre à ce crédit d’impôt pour réaliser des travaux de rénovation énergétique. Ces derniers consistent surtout à renforcer l’isolation de la toiture. Le montant obtenu peut atteindre les 30 % du coût des réalisations déduit des autres aides s’il y en a. Certaines conditions doivent être respectées pour pouvoir en bénéficier. Les travaux doivent être confiés à des professionnels certifiés RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) et les équipements à se procurer doivent être de haute qualité, c'est-à-dire que leur performance énergétique doit dépasser ou, du moins, égaler les 4,5 m².K/W. Quant aux plafonds des combles et aux rampants des toitures, ces derniers doivent avoir une performance ≥ 6 m².K/W. Normalement, l’artisan à qui les travaux sont confiés peut appliquer une TVA réduite à 5,5 %. Le CITE peut être cumulé avec les aides collectives territoriales, les financements de l’Anah et l’éco-prêt à taux zéro.

L’éco-prêt à taux zéro

Ce dispositif est plus bénéfique pour les personnes qui prévoient deux ou plusieurs types de travaux. Particulièrement pour la toiture, les travaux visent surtout à rénover l’ensemble de cette infrastructure, incluant ainsi les combles et leurs planchers, ainsi que les rampants. Toutefois, la réfection de la charpente, la pose de velux et le remplacement des tuiles ne sont pas considérés.

Dans tous les cas, vous pouvez toujours demander plus d’informations auprès des professionnels qui peuvent vous indiquer les bonnes marches à suivre pour trouver les subventions pour la rénovation de votre toiture, comme à ceux qui se trouvent sur l’annuaire du site.

Rédigé le 28/10/2019 -


Label Qualité - Member du réseau Plus que Pro

Un projet à réaliser ?

Découvrez les avis clients des adhérents Plus que PRO pour choisir votre prestataire en toute confiance et bénéficier d’un travail de qualité.

Demande de devis