Quand et comment réparer son pare-brise ?

Quand et comment réparer son pare-brise ?

La présence d’un pare-brise pour un véhicule est évidemment essentielle. Ce vitrage est le plus important, car il protège le conducteur et les passagers, tout en garantissant une vue sur la route parfaitement dégagée. Néanmoins, le pare-brise est, en quelque sorte, en première ligne pour recevoir des projectiles. Les impacts sont donc plutôt fréquents, ce qui provoque des fissures, des rayures, et des casses. Pour maintenir un niveau de sécurité optimal, le pare-brise doit être automatiquement réparé.

La réparation d’un pare-brise


Un simple gravillon projeté contre un pare-brise a des conséquences sur la sécurité du dispositif, y compris à des allures modérées. Un impact peut entraîner un début de fissuration, susceptible de s’étendre sous l’effet des aléas climatiques, et des secousses, même minimes, de la route.
Il est donc impératif d’aller réparer son pare-brise, d’autant que le coût d’une réparation est 20 % moins élevé que celui de son remplacement. Notez toutefois que les assurances ont tendance à enlever le coût de la franchise dans le but de pousser les conducteurs à faire les réparations immédiatement.
Toutes les rayures ne doivent pas non plus inciter à effectuer des réparations. Si elles sont superficielles, il suffit de surveiller leur évolution au fil des semaines, et d’intervenir lorsque la situation empire et se dégrade.
A savoir : le conducteur, qui va régulièrement réparer son pare-brise pour peu de choses, risque de voir ses primes d’assurances augmenter.

Réparer son pare-brise : quand et comment ?

Le principal constat à réaliser est de voir si le remplacement du pare-brise est justifié par un manque de visibilité dû à un impact. Il est conseillé de le faire lorsque l’impact mesure la taille d’une pièce de 2 euros, ou s’il est localisé dans le champ de vision du conducteur. De même, une intervention s’impose quand trois impacts de plus d’un centimètre s’accumulent sur le pare-brise.
Si vous n’êtes pas concerné par un de ces trois cas de figure, l’opération n’est pas impérative, même s’il faut systématiquement veiller à l’évolution de chaque impact.
La réparation d’un trou ou d’une fissure implique l’insertion d’une résine spécifique. Incolore, cette dernière a pour finalité de résorber la fissure, et, en même temps, de garantir au pare-brise sa rigidité originelle, et ses qualités optiques initiales.
Bon à savoir : cette intervention peut parfaitement être menée par le particulier lui-même, puisqu’il lui suffit d’acheter un kit pare-brise, commercialisé dans toutes les enseignes spécialisées.

En amont de la réparation


Vous constatez que votre pare-brise doit être réparé, mais vous n’avez pas de disponibilités à l’heure actuelle pour effectuer cette opération ? Soyez vigilant et apposez par exemple une pastille de protection directement sur l’impact pour minimiser les chocs.
Adaptez d’ailleurs votre conduite en ralentissant lors du franchissement d’un dos d’âne, et en contournant si possible les nids de poule. Enfin, pensez à réduire l’effet chaud froid, lorsque vous actionnez la climatisation ou le chauffage.

Bon à savoir : n’hésitez pas à vous rendre dans un centre auto expert qui effectuera la réparation d’une durée de 30 à 40 mn.

A Lire également : Comment restaurer une voiture de collection ?

Rédigé le 07/05/2016 -


Label Qualité - Member du réseau Plus que Pro

Un projet à réaliser ?

Découvrez les avis clients des adhérents Plus que PRO pour choisir votre prestataire en toute confiance et bénéficier d’un travail de qualité.

Demande de devis